UNE DERNIERE INCURSION DANS L’HISTOIRE DES DRYADES… POURQUOI LES DRYADES ET POURQUOI LE BERRY ?

 

 

Vivre en plein cœur d’un espace naturel préservé et exceptionnel et faire vivre et aimer ce coin de nature à d’autres, c’est le rêve qu’ont fait Antonio Amengual, Maurice Vedy et Mick Micheyl. En faisant l’acquisition du Manoir de Pouligny Notre Dame et en construisant, quelques années plus tard, l’Hôtel Les Dryades Golf & Spa, le rêve est devenu réalité.

Les trois amis ne furent pas les premiers à tomber sous le charme du Berry et de la Vallée Noire. Nombre d’artistes, qu’ils soient écrivains ou peintres, ont été et sont encore inspirés par ce coin de France sillonné de sentiers et de cours d’eau et connu pour être un lieu de magie et de sorcellerie. L’écrivain George Sand connue également comme la Bonne Dame de Nohant traduisit magnifiquement son amour de la région et de la Vallée Noire dans ses nombreux romans champêtres dont les plus célèbres sont La Petite Fadette, Le Meunier d’Angibault et La Mare au Diable. Durant ses séjours à Nohant, le célèbre compositeur Frédéric Chopin, alors le compagnon de George Sand, trouva incontestablement l’inspiration dans les paysages, les ambiances et les gens qui l’entouraient puisqu’il composa à Nohant une grande partie de son œuvre. Né à Châteauroux en 1846, le poète Maurice Rollinat ne manqua pas d’évoquer dans ses œuvres et, plus particulièrement, dans le recueil Les Brandes, l’aspect paisible de la campagne berrichonne. Il ne faut, évidemment, pas oublier le cinéaste Jacques Tati qui trouva en la petite ville de Sainte Sévère sur Indre située à 6 kilomètres des Dryades le lieu idéal pour tourner son premier long métrage, « Jour de Fête ».

Pour mettre en lumière cette Vallée Noire et ce Berry sous le charme desquels tant d’artistes et d’anonymes étaient tombés mais qui restaient encore si peu connus, Antonio Amengual, Maurice Vedy et Mick Micheyl donnèrent naissance, à la fin des années 1980, à un projet hôtelier se démarquant par son caractère unique et sa dimension novatrice. Loin de ne construire qu’un simple hôtel, le choix fut fait d’ériger un véritable complexe de tourisme regroupant en son sein un hôtel, des restaurants, des salles de séminaire, un Spa et un golf. N’oubliant pas la place prépondérante de la nature dans ce projet, l’établissement fut conçu dans le but de donner à chacun l’opportunité d’admirer les paysages environnants. Les 80 chambres et les 5 suites furent, toutes, dotées d’une terrasse avec vue sur le Golf des Dryades et la vallée. De plus, l’architecte en charge du projet dessina, au 6ème étage de l’hôtel qui se trouve à 370 mètres de hauteur, une salle de restaurant avec vue panoramique à 360°. La présence au sein de l’établissement d’une gamme aussi importante de services et d’activités eut et a encore aujourd’hui un rôle prépondérant dans l’attribution à cet hôtel situé au milieu de la campagne berrichonne du statut d’hôtel quatre étoiles.

Une équipe de publicitaires venue épauler Antonio Amengual, Maurice Vedy et Mick Micheyl pour le lancement du projet ne manqua pas de voir, dès son arrivée à Pouligny Notre Dame, que la nature verdoyante et luxuriante de ce petit coin de terroir berrichon pouvait être un formidable argument de vente pour ce nouvel hôtel, Spa et golf des plus atypiques et originaux. En scrutant le paysage alentour, le regard affûté des publicitaires s’arrêta tout naturellement sur l’un des plus beaux symboles et exemples de la force de la nature environnante, à savoir les deux chênes majestueux et très probablement centenaires qui trônent encore aujourd’hui au bord du Golf des Dryades et que l’on peut admirer du restaurant Harmonie. Il ne leur fut pas difficile de convaincre Antonio Amengual, Maurice Vedy et Mick Micheyl depuis longtemps tombés sous le charme de la nature de la campagne berrichonne que ces deux chênes constitueraient un très beau logo pour ce complexe situé au cœur de la nature.

Quant au nom des Dryades, il découla presque naturellement du choix des chênes comme symbole et partie essentielle du logo du nouveau complexe hôtelier. Nymphes des chênes et des arbres en général  d’après la mythologie grecque (drus en grec signifie chêne), les Dryades étaient représentées sous la forme de belles jeunes filles dont le bas du corps s’apparentait à une arabesque ressemblant au tronc et aux racines d’un arbre. Une hache était, quelquefois, placée entre leurs mains car on croyait que ces nymphes pouvaient utiliser cette arme pour punir les outrages faits aux arbres qu’elles protégeaient. Divinités protectrices des forêts et des bois, elles pouvaient errer en liberté nuit et jour et se réunissaient pour danser autour des chênes qui étaient placés sous leur protection.

 

Au plaisir de vous accueillir prochainement aux Dryades !