QUELQUES ANECDOTES SUR LES DRYADES…

Connu pour avoir présenté le journal télévisé dans les années 60 et 70 et pour avoir coanimé le jeu télévisé Intervilles avec Guy Lux, Léon Zitrone vint à plusieurs reprises séjourner à l’Hôtel Les Dryades Golf & Spa dans les années 80. Dans les médias, beaucoup le décrivaient comme ayant un très mauvais caractère. Il ne démentit, effectivement, pas ce trait de sa personnalité lors d’un de ses séjours aux Dryades puisqu’il jeta à terre l’appareil photo d’une jeune cliente qui s’était approché de lui pour prendre quelques clichés.

Venu en stage au début des années 1990 avec le Paris Saint Germain aux Dryades, le Reimois François Calderaro était, à l’époque, connu pour avoir été le deuxième meilleur buteur du Championnat de France de Division 1 après Jean-Pierre Papin. Quelle ne fut pas la surprise d’Antonio Amengual, de Maurice Vedy, de Mick Micheyl et des clients des Dryades quand un des meilleurs avant-centres du Championnat de France de Ligue 1 prit, un soir, le micro et se mit, sur la scène des Dryades, à entonner avec une magnifique voix une chanson ! La surprise fut d’autant plus grande quand plusieurs de ses partenaires du PSG vinrent sur scène faire les choeurs et l’accompagner avec certains instruments de musique.

L’Hôtel Les Dryades Golf & Spa fut et est encore un lieu d’exception pour organiser des mariages. Nombre de couples parisiens vinrent, dans les années 80 et 90, célébrer leur union à l’hôtel mais, comme chacun sait, ces événements sont souvent source de stress et engendrent quelquefois des situations rocambolesques. Alors qu’il avait préparé depuis plus d’un an le mariage de ses rêves et avait fait dessiner chez un grand couturier parisien une magnifique robe de mariée, un jeune couple parisien se retrouva plus que décontenancé le jour du mariage. Se préparant dans sa chambre des Dryades, la jeune mariée s’aperçut avec horreur, quelques heures avant la cérémonie, qu’elle avait oublié chez elle l’un des éléments indispensables à la célébration de son mariage : sa robe de mariée. Face à l’émoi provoqué par cette découverte, Maurice Vedy et Antonio Amengual qui ne manquaient pas de ressources et d’idées vinrent au secours de la jeune mariée en lui proposant de faire appel à un hélicoptère qui se poserait aux Dryades et l’amènerait à son domicile parisien où elle pourrait récupérer sa robe. Aussitôt dit, aussitôt fait… la jeune femme fit l’aller-retour en hélicoptère Paris-le Berry mais, une fois arrivée devant la porte de son appartement, elle s’aperçut avec horreur qu’elle avait oublié ses clés. La porte de l’appartement ne résista pas longtemps aux assauts répétés des épaules et des pieds et la jeune femme put, enfin, récupérer sa robe de mariée qui, dirons nous sur le ton de la plaisanterie, l’attendait bien sagement dans la chambre de son appartement. Le temps pressant, il n’y eut d’autre choix pour la jeune femme que d’aller directement en hélicoptère au Château de Culan où devait avoir lieu la cérémonie. Dans l’urgence et faisant le voyage dans un hélicoptère, elle n’avait, bien évidemment, eu ni le temps, ni l’opportunité de revêtir sa magnifique robe de mariée. Elle fut, finalement, contrainte de se changer derrière l’un des murs du Château de Culan. Ce petit incident ne gâcha en rien le mariage mais en pimenta un peu le déroulé et constitue, à n’en pas douter, l’une des anecdotes les plus rocambolesques des Dryades.

 

Rendez-vous la semaine prochaine

Voir l’épisode 4.